Se réconcilier avec la mort (partie 1) a tenté de nous faire porter un autre regard sur cette ultime étape de vie. Ce deuxième article propose de nous interroger sur la question « comment se/nous préparer ». Les aspects « mystique » et « mystérieux » de la mort nourrissent bien souvent un sentiment de crainte, voire même de déni dans nos quotidiens. S’il est possible, même conseillé, de se documenter sur le sujet (article partie 1), prendre part de manière concrète à la préparation de son propre départ, ou de celui d’un proche, peut aider à appréhender ce « dernier pas » de manière plus positive.

exprimer ses dernières volontés

Un des moyens de se réconcilier avec l’idée de sa propre mort est de formuler ses dernières volontés. Le testament est LE support pour le faire. « Le testament est un écrit par lequel une personne (le testateur) exprime ses dernières volontés, par exemple la transmission après son décès de ses biens (appelés legs) à un ou plusieurs bénéficiaires (appelés légataires). Le testament-partage est un acte par lequel un testateur effectue un partage anticipé de sa succession entre ses héritiers. » (service-public) Mais à quel moment le rédiger ? Et comment ? Qu’y faire figurer ?

Le testament assure en premier lieu la répartition des biens entre les successeurs, il est possible d’y faire figurer ses désirs en matière de funérailles et de désigner un exécuteur testamentaire. Il y a plusieurs manières de le rédiger et de le conserver, il n’est pas obligatoire de passer par un notaire. Vous pouvez l’écrire seul(e) ou avec des proches, la seule condition est qu’il soit manuscrit. Vous trouverez de nombreux conseils sur internet.

Exprimer ses dernières volontés c’est une façon d’acter son départ. Cela peut demander une bonne dose de courage et il est possible de participer à des ateliers d’écriture pour se sentir entouré. Ceux-ci sont souvent organiser par des associations ou des coopératives. A Strasbourg, dans le Bas-Rhin, la coopérative Maintenant, l’Après… organise par exemple Les Rendez-vous Mortels. Cette manifestation propose des alternatives pour ses funérailles et plus globalement de parler de la mort dans une ambiance « décontractée ». De nombreuses coopératives funéraires ont vu le jour en France ces dernières années. Une manière d’humaniser et de ré-enchanter la mort en rappelant à chacun l’importance d’y songer.

Léo Ferré

Le Testament

Avant de passer l’arme à gauche
Avant que la faux ne me fauche
Tel jour, telle heure, en telle année
Sans fric, sans papier, sans notaire
Je te laisse ici l’inventaire
De ce que j’ai mis de côté:

La serviette en papier où tu laissa ta bouche
Ta mèche de cheveux quand ils n’étaient pas gris
Mon foulard, quelques plumes, et cette chanson louche
Avec autant de mots que nous avions de nuits
L’oreille de Van Gogh, la pipe de Balzac
Cette armée d’anarchie et ces fanfares blêmes
Le cheval qui travaille avec son petit sac
Où dorment des prairies d’avoine et de carême
Et de carême

L’enfer de Monsieur Dantes où je descends ce soir
Un paquet vide de Celtiques sur la table
Quelques stylos à bille au roulement d’espoir
Avec dans leur roulis des chansons formidables
Le pick-up du tonnerre et les dents de la pluie
La voix d’André Breton, l’absinthe de Verlaine
Les âmes de nos chiens, en bouquet réuni
Et leurs paroles dans la nuit comme une traîne
Comme une traîne

Le zinc de ce bistrot où nous perdions nos gueules
Cette affiche où nos yeux écoutaient des « Bravo »
Cette page d’annonce où s’ennuie toute seule
Notre maison avec mes rêves en in quarto
Avant de passer l’arme à gauche
Avant que la faux ne me fauche
Tel jour, telle heure, en telle année
Sans fric, sans papier, sans notaire
Il est bien maigre l’inventaire
De ce que j’ai mis de côté

Mais je te laisse ça comme une chanson tendre
Avec ta fantaisie qui fera beaucoup mieux
Et puis ma voix perdue que tu pourras entendre
En laissant retomber le rideau si tu veux
Si tu veux

Se faire accompagner dans le deuil

En outre, il est plus qu’important aujourd’hui de souligner l’importance du processus de deuil. L’importance des rites, du souvenir a été mise en exergue durant la période Covid qui a plus que malmené ce droit au deuil des familles. Il est aujourd’hui essentiel de redonner du sens et de la valeur à ce moment particulier que tout à chacun est amené à vivre. De nombreuses personnes et professionnels de santé se proposent de vous accompagner dans cette période difficile qu’est la perte d’un être cher.

Vivre le deuil, c’est également un pas important vers l’acceptation de la mort. Autrefois le deuil était visible, signifié, codifié. Par exemple, suite au décès d’un proche, hommes et femmes étaient invités à porter des vêtements noirs durant une période donnée. Je vous invite à lire cet article Wikipédia qui décrit les « modalités » de deuil majoritairement en vigueur avant la Première Guerre Mondiale.

Le deuil et la mort étaient également des sujets artistiques courants.

Aujourd’hui, de nombreuses associations et professionnels proposent des accompagnements, des formations, des livres et des ateliers pour « vivre son deuil ». Celui-ci débutant le plus souvent à la fin de vie de la personne qui va partir. En effet, de nombreux deuils débutent du vivant : l’annonce d’une maladie, un accident, la fin de vie… accepter que l’on va perdre quelqu’un est en soi une phase du processus de deuil.

La psychiatre Elisabeth Kübler-Ross a théorisé le processus de deuil en 5 étapes :

Ce schéma montre les différentes étapes du processus. Ces étapes peuvent se chevaucher, se répéter… Il montre surtout l’importance de vivre le deuil et de se connecter à ses émotions et ses sentiments.

Vivre le deuil, préparer son départ sont deux étapes primordiales pour se réconcilier avec la mort. Celle-ci est inévitable et nécessite qu’on lui accorde de l’importance. Ce sujet éminemment philosophique n’a de cesse de nourrir des débats très actuels et de questionner notre rapport à la vie. Il n’en reste pas moins évident à aborder au quotidien et mérite que les tabous se lèvent petit à petit.

J’attends vos réactions / contributions en commentaires. Je ne manquerai pas d’y répondre !

Hélène Voinson pour Take It Arty !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s