Créer un projet artistique en milieu spécifique est une aventure extraordinaire !
Pour que celle-ci soit une réussite, il est nécessaire de suivre une méthodologie adaptée.
Je vous livre 3 clés essentielles d’une méthodologie qui fait ses preuves !

Clé n°1 : Co-construire le projet avec les personnes auxquelles il est destiné

Photo de Dylan Gillis 

Cela peut paraître évident, hors ce n’est pas toujours le cas.
Combien de projets magnifiques, et bien souvent coûteux, n’ont pas réussi à perdurer ?
La première clé de la réussite c’est la co-construction et cela passe par 3 phases :

1- Trouver les bons interlocuteurs dans la structure au sein de laquelle vous allez réaliser le projet.

Qui sont-ils ? Ce sont les personnes qui vont coordonner le projet avec vous en interne, qui sont au plus proche des publics et ont réfléchi avec vous à la pertinence de la mise en place d’un projet artistique dans leur structure.

Cela permet de dresser un diagnostic sincère et fiable dès le départ et ainsi de mettre en place un projet adapté et innovant.

2- Valoriser l’écoute et l’implication avec vos interlocuteurs mais aussi le public et le/la ou les artiste(s) impliqués dans le projet.

Travailler avec des publics spécifiques, dans des secteurs sous tension est un défi en soi. Pour le relever il est nécessaire de faire preuve d’écoute et d’impliquer toutes les parties prenantes au projet. Ainsi, avec une bonne communication et des responsabilités identifiées et partagées, il sera plus facile de s’adapter et de réagir rapidement en cas de difficulté.

3- Suivre le projet !

Lorsqu’un projet est co-construit et donc co-porté, il nécessite une organisation rigoureuse et souple à la fois. De nombreux outils sont à notre disposition : planning, rendez-vous de suivi, fiches d’étapes, etc. Il est également primordial de souligner l’importance de réaliser l’évaluation du projet afin d’envisager sa poursuite : renouvellement, appropriation autonome, arrêt, etc.

Clé n°2 : Identifier les besoins et les transformer en opportunités

Photo de Jametlene Reskp 

Un des objectifs d’un projet culturel ou artistique en milieu de soin est bien souvent l’amélioration du cadre de vie des patients, résidents, de leurs familles et des équipes de soin.

Une des clés pour assurer la réussite de la mise en place d’un projet artistique en milieu de santé et de bien identifier les besoins pour les transformer en opportunités. Voici deux affirmations qui soutiennent la méthodologie de TIA ! :

1- Il n’y a pas de problème sans solution.
(s’il n’y pas de solution, alors ce n’est pas un problème)

Toutes les structures ont des angles d’améliorations, appelés problèmes le plus souvent. Je les appelle besoins. Ce sont souvent à partir de ces angles là qu’il faut travailler et donc développer des opportunités de changement. J’établis alors un questionnaire et travaille avec les personnes de la structure porteuse du projet pour identifier tous ces axes de progression et donc des solutions.

2- Tout est possible.

Le changement fait souvent peur. Il en est de même au travail. Il s’agit alors d’imaginer à partir de l’existant ce qui pourrait être transformé. C’est là qu’intervient la créativité. La force de la créativité réside dans le fait que « tout ce que l’on peut imaginer, on peut le faire ». L’art permet de stimuler cette force créatrice et d’inventer des nouvelles façons de travailler et de vivre.

C’est souvent lors de la rencontre entre les personnels de santé et l’artiste que le champ des possibles s’ouvre.

Clé n°3 : S’entourer des « bons » partenaires

Photo de Jason Leung 

Pour qu’un projet fonctionne de manière général, et ce, dans tous les domaines, il est essentiel que tous les partenaires soient engagés dans la démarche.

Dans le cadre des projets créés par TIA ! il s’agit de travailler 3 partenaires et d’œuvrer pour que chacun trouve sa place et s’épanouisse :

1- Une structure sanitaire et/ou médico-sociale sensible aux potentiels de l’art.

Chaque structure est unique, chaque projet l’est aussi. TIA ! effectue un long travail de démarchage auprès des structures pour s’assurer que celles-ci soient prêtes à s’engager !

Il est important de ne pas imposer un projet mais bien de le co-construire (clé n°1).

2- Un, une ou des artiste(s) engagé(es) dans une démarche sociale.

C’est l’étape de la direction artistique : dans ce cadre là, la dimension humaine est primordiale. Il ne s’agit pas de créer une exposition dans un lieu dédié à l’art, mais bien dans un milieu spécifique. L’artiste ou les artistes doivent être en mesure de comprendre les enjeux du projet, de s’investir et de travailler au contact de public souvent en difficulté.

3 – Des partenaires financiers impliqués.

Chaque projet a un coût, souvent difficile à supporter entièrement par la structure. TIA ! met en oeuvre une recherche de financements publics et privés pour assurer le bon déroulé du projet et rémunérer l’artiste.

La recherche de partenaires privés peut s’avérer fastidieuse. TIA ! attache une importance particulière à ce que les financeurs du projet soient impliqués dans son déroulé. C’est pourquoi TIA ! s’adresse essentiellement aux fondations et aux entreprises qui portent des valeurs de solidarité et d’ouverture ! (voir la page mécénat)

Vous souhaitez travailler avec TIA ! et porter un projet artistique à forte valeur humaine ? Ecrivez-moi à takeitarty@gmail.com
A bientôt !

Article rédigé par Hélène Voinson pour Take It Arty !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s